Le Cloud n’est que la partie visible de l’iceberg

Pourquoi les débats sur l’e-santé ne doivent pas se limiter aux fonctionnalités du Cloud