Comment minimiser la complexité technologique au profit de la relation médecin-patient?