Les médecins généralistes ont peu de temps libre

Pas de pause déjeuner, les yeux sur la montre, et une pression administrative en prime